Vogelfelsen

Alkefjellet, Wale und das Eis / Alkefjellet et navigation dans la glace

600 372 Jonas Gobeli

Was für ein Anblick heute früh beim Vogelfelsen Alkefjellet. Geschätzte 130’000 Dickschnabel­lummen nennen diesen Ort ihr Zuhause und nutzen Alkefjellet als Brutplatz. Es herrschte ein emsiges Treiben mit einer entsprechend lauten Geräuschkulisse. Zwischen den Felsvorsprüngen zog ein Polarfuchs, in der Hoffnung auf eine einfache Beute, vorbei. Nicht wenige Gäste bezeichneten den Besuch bei Alkefjellet als bisherigen Höhepunkt der Reise.

Am Nachmittag hofften wir auf eine Anlandung bei Torellneset. Dieser Ort wird sehr oft von Walrossen für ein Verdauungsschläfchen genutzt. Die Eissituation liess eine Anlandung aber leider nicht zu. Im Gegenteil: das Eis versperrte auch den weiteren Weg durch die Hinlopenstrasse und so nahmen wir wieder Kurs in Richtung Norden.

Währen der faszinierenden Fahrt durch das Eis, fanden verschiedene Vorträge statt. So erfuhren wir zum Beispiel mehr über die verschiedenen Wale – einige davon durften wir ja bereits aus nächster Nähe bewundern.

Kaum hatten wir die Hinlopenstrasse in nördlicher Richtung wieder verlassen, verzogen sich die Wolken und wir durften einen Abend unter blauem Himmel und mit strahlendem Sonnenschein geniessen. Als Zugabe zog ein imposanter Blauwal seine Runden um unser Schiff. Dank dem Vortrag von heute Vormittag wussten wir alle, dass dieser Riese der Meere ungefähr 30 Meter lang und ganze 180 Tonnen schwer werden kann.

Bei diesem einmaligen Schauspiel war es nicht verwunderlich, dass die meisten Gäste sehr lange wach blieben und die Mitternachtssonne genossen.

***

Alkefjellet et navigation dans la glace

Ce matin, le bateau est positionné en face de la falaise d’Alkefjellet. Ce site extraordinaire abrite une population d’environ 60’000 couples de guillemots de brünnich qui viennent précisément sur cette falaise pour se reproduire et pondre l’unique œuf en forme de poire qui est posé à même le rocher sur des replats de basalte. Nous faisons une croisière en zodiacs afin d’observer (et de sentir !) de plus près ces impressionnantes falaises. L’autre particularité du lieu est le magnifique contact géologique entre des couches sédimentaires datant du Carbonifère et une lentille de diorite datant du Crétacé ; c’est grâce à cette lentille et la formation de replats qui en découlent que les guillemots ont pu s’y établir. La visite d’Alkefjellet est toujours un des moments forts d’une croisière-expédition au Spitzberg.

La très intéressante conférence de Fritz sur le monde merveilleux des baleines clôt cette matinée riche en émotion. Nous reprenons la navigation en direction du Sud du détroit d’Hinlopen afin de tenter un débarquement à Torellneset où des morses se reposent souvent sur la plage. Malheureusement, nos plans doivent changer car la glace rend le débarquement compliqué. Nous profitons de naviguer dans le détroit d’Hinlopen entre les floe de banquise et les guillemots. Un atelier « observation et questions sur la glace » est organisée avec Jean, Will et Elodie sur le pont arrière du bateau. Le plan B, qui consistait à débarquer sur Wahlenbergøya afin d’observer des morses, est également avorté car la glace est trop présente. Par contre, nous avons la chance d’observer de tout près une dizaine de morses étalés sur la plage. L’après-midi s’achève avec la conférence de Jean sur l’origine du pétrole en Norvège, nation dont l’avenir a radicalement changé avec la découverte des premiers champs pétrolifères dans les années soixante.

Fredericke, notre cheffe d’expédition, nous invite à un briefing afin de nous tenir informés des plans pour les prochains jours ; la glace étant très présente dans le Sud du détroit d’Hinlopen, nous devons remonter vers le Nord pour des raisons de sécurité. Le spectacle de la soirée est époustouflant ; sous un ciel totalement dégagé, nous observons plusieurs baleines, dont des baleines bleues et une baleine de Minke (aussi appelé petit rorqual) qui nous offrent un spectacle que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Il est 23 heures, le soleil est encore haut dans le ciel du Spitzberg ; il est bien difficile d’aller se coucher

Hinterlasse eine Antwort

Ihre Email-Adresse wird nicht veröffentlicht.